Wid : l’innovation normande au service de la protection du vin

Rediffusion de l'article publié le 02 mars 2015

Lutter face à la prolifération des contrefaçons sur le marché du vin. Tel est l’ambitieux défi qu’une jeune start-up de l’Eure vient de relever avec fierté.
 
Implantée sur la zone artisanale des Granges, à Bernay (27), la toute jeune entreprise WID a mis au point un procédé technique unique en son genre : une puce RFID-NFC (carte à puce sans contact), scellée dans une étiquette adhésive. « Il suffit de positionner cette étiquette à cheval sur le col de la bouteille et la capsule. Si l’on tente de l’arracher, le lien est rompu » explique avec une grande simplicité Alexandre Mongrenier, co-fondateur avec Benoît Sudre de la société WID.
 
Mais derrière cette simplicité se cache un concentré de technologies à fort potentiel.  « Avec cette technique, chaque bouteille dispose de son propre identifiant. Pour le consommateur, c’est une assurance que le contenant et le contenu n’ont pas été changés », insiste Alexandre Mongrenier, faisant référence aux nombreuses fraudes relevées sur les bouteilles de vin. On estime en effet qu’au niveau international, 20% des grands crus en vente sur le marché seraient des contrefaçons.
 
Grâce à cette puce, activée lors de la mise en bouteille, il est également possible via une application mobile gratuite, de disposer de toutes les informations que le producteur voudra  bien fournir à ses clients : date de mise en bouteille, accord mets-vin, visite virtuelle du domaine… « Mais ces informations sont également valables dans l’autre sens », soulignent les fondateur de l’entreprise. Car si cette puce dispose d’un certain nombre de données lors de son activation, elle va également pouvoir enrichir sa base de données tout au long de sa vie. « Si le consommateur sera en mesure de connaître les étapes de transit de sa bouteille avant qu’elle ne se retrouve sur sa table, au restaurant ou chez son caviste, le producteur pourra lui aussi savoir où sa bouteille a été vendue ».
 
Une information qui peut paraitre anodine pour le consommateur, mais qui a toute son importance pour le producteur ! Celui-ci sera ainsi en mesure de comprendre pourquoi des bouteilles destinées à un marché intérieur se retrouvent par exemple sur des marchés étrangers et pourra ainsi identifier les intermédiaires indélicats… Grace à un partenariat technologique développé avec la société Biolog-id et une sélection de fournisseurs français et normands, l’entreprise est entrée dans sa phase de production et de commercialisation. « Nous sommes sur un marché haut de gamme. Ne sont réellement intéressés que les producteurs dont les bouteilles dépassent les 15€ », reconnaissent en cœur Alexandre Mongrenier et Benoît Sudre, qui ont déjà contractualisé leurs premières commandes et qui sont également en négociation avec plusieurs producteurs dont l’identité ne pourra être révélée.
 
Côté coût, le prix des étiquettes peut varier de 0,70 à 2,20 euros en fonction de la personnalisation choisie. Il faudra ensuite étudier au cas par cas l’installation de ce dispositif sur les lignes d’étiquetage des producteurs, avec une cadence testée pouvant aller jusqu’à 12 000 bouteilles/heure. Une innovation qui a déjà vallu à la jeune entreprise d’être distinguée par l’Award de la start-up innovante 2014.
  • Bienvenue Ndie reseau 2017
Source : Jacques-Olivier Gasly



  • Ndie Qualite Tourisme (obstacle)
  • NM - pub NDK