La direction de Sidel et l’intersyndicale signent un accord de méthode

La direction de Sidel et l’intersyndicale CGT-CFDT-CFE/CGC de l’usine d’Octeville-sur-mer ont signé lundi un accord de méthode destiné à encadrer les discussions autour du plan de restructuration annoncé début septembre. Les échanges s’étaleront du 14 septembre au 12 février et porteront sur les orientations stratégiques, le projet de réorganisation et enfin sur les conséquences pour l’emploi. « Cela représente quatre semaines supplémentaires de dialogue en plus de ce que prévoit la loi », souligne Raphaël Clairin, président de Sidel France.
 
Au total 20 réunions représentant 60 heures de débat sont programmées. « Elles permettront aux organisations syndicales d’émettre des propositions alternatives avec l’appui d’un expert-comptable », précise Raphaël Clairin. En parallèle, l’intersyndicale a renoncé à déposer plainte pour délit d’entrave après une conciliation au Tribunal de grande instance, en signe d’apaisement. « Scinder ainsi le débat nous satisfait car cela veut dire qu’on ne parlera pas des licenciements avant les orientations stratégiques », se félicite Reynald Kubecki, délégué CGT.
 
Le plan prévoit la suppression de 190 emplois sur 910 dans cette usine où sont fabriquées des lignes de conditionnement pour les liquides alimentaires. Il est motivé par des difficultés nées de la guerre des prix que se livrent les trois grands acteurs du marché, Sidel et ses concurrents, les Allemands KHS et Krones.
  • Business Story Exp-Cpt nov 2017
Source : ANI
AVERTISSEMENT © Toutes les informations contenues dans cette dépêche sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l’Agence Normande d'Information (ANI). Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l’accord préalable écrit de l’ANI.



  • EMN-formation continue Nov2017
  • NM - pub NDK