Un mastère pour démanteler une usine avant d’en reconstruire une nouvelle

L’INSA-Rouen accueillera à partir du mois de novembre la nouvelle formation en alternance, de “Chef de projet – coordonnateur de décommissionnement et réhabilitation environnementale“, mastère spécialisé né de l’installation de la société Valgo sur le site de l’ancienne raffinerie de Petit-Couronne.
 
Valgo, entreprise spécialisée dans la décontamination, la dépollution et le développement de sites industriels, avait été retenu au terme d’un appel à candidature lancé par l’Etat pour une réindustrialisation des 260 ha de ce qui porte désormais le nom de Pôle d’Innovation des Couronnes. La société s’est associée à Bolloré Energies qui doit reprendre la partie stockage de produits pétroliers et à Eiffage Construction qui projette la construction d’une plateforme logistique multimodale. L’objectif est de permettre des activités spécialisée dans les technologies innovantes et de pointe.
 
Mais avant toute nouvelle installation, il faut requalifier le site, neutraliser les installations, vider les cuves et tuyaux des résidus de produits pétroliers, désamianter et démanteler. Un chantier de plusieurs années pour Valgo qui va implanter sur place un biocentre, sorte de vitrine de son savoir-faire dans la déconstruction et la requalification des sites industriels qui s’appuie sur du R&D (recherche et développement), « une vraie spécialité scientifique pas assez présente dans la région », en Normandie et notamment en Basse Seine industrielle, explique Laurent Thannberger, directeur technique et scientifique de Valgo.
 
D’où l’idée de proposer une formation de niveau mastère dans sa candidature à la reprise du site de Couronne. L’INSA Rouen sera la structure porteuse, « une école tournée vers l’industrie. Peut-être aussi parce que le patron de Valgo (François Bouché, ndlr) est ancien de l’Insa-Lyon », glisse Laurent Thannberger.
 
Le décommissionnement, tiré du terme anglais “decommissioning“ se résume par « tout ce qui conduit à la fin de vie d’une usine ». Or, cette issue n’était jusqu’à présent envisagée que pour les centrales nucléaires auxquelles on fixe une durée de vie à leur mise en service. C’est en revanche nouveau pour les autres secteurs industriels qu’ils soient confrontés à une fermeture définitive, une transformation ou une rénovation d’un site de production. Une réglementation s’est épaissie au fil des années. « Quel diagnostic, quelle démolition, vers quoi redéployer le site ?Que faire, en fonction des activités futures ? », sont les questions auxquelles le chef de projet doit savoir répondre pour « coordonner tous les métiers, les faire travailler ensemble », détaille Laurent Thannberger. Ce type de formation n’existait pas sauf en Ecosse où on apprend à démanteler les plate-forme pétrolières de la Mer du Nord.
 
Le mastère délivré par l’INSA sera ouvert aux étudiants-ingénieurs de l’INSA et surtout aux salariés d’entreprises, en alternance entre des cours théoriques et la « salle de travaux pratiques à ciel ouvert » de l’ancienne raffinerie. La formation sera répartie entre 400 heures à l’Insa et six semaines en entreprise.
 
Rens : Insa - Direction des Relations Entreprises et de l'Innovation. Tél. : +33 (0)2.32.95.66.04. Courriel : drein@insa-rouen.fr
  • Business Story Exp-Cpt nov 2017
Source : ANI
AVERTISSEMENT © Toutes les informations contenues dans cette dépêche sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l’Agence Normande d'Information (ANI). Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l’accord préalable écrit de l’ANI.



  • EMN-formation continue Nov2017
  • NM - pub NDK