La Région Normandie fixera des objectifs contractuels aux filières industrielles stratégiques

Le président de la Région Normandie, Hervé Morin (UDI) a présenté lundi la « politique contractuelle » qu’il entend mettre en œuvre avant la fin de l’année pour soutenir les filières industrielles régionales. Des contrats d’objectifs d’une durée de trois ans seront à cette échéance, signés entre les filières et la collectivité. A l’issue de cette période, un bilan au cas par cas sera effectué permettant de définir « le renouvellement possible » du soutien financier de la Région.


Les aides seront accordées aux filières qui ont - ou auront - une forte représentativité, a précisé le président devant un parterre de chefs d’entreprise de la filière Normandie Aeroespace (*) réunis à La Chapelle Réanville (Eure). Celles qui risquent d’être exclues sont celles qui « s’apparentent plus aujourd’hui à un club ». Elles n’ont pas été nommées « pour ne fâcher personne ». Les filières soutenues seront « autant que possible regroupées » a-t-il dit en pointant l’existence de trois filières se partageant le dossier énergies. Toutes les filières disposeront d’une forte identité normande sans faire d’ostracisme à l’égard des autres régions. Les candidates aux aides publiques seront « autant que possible » autonomes en terme de fonctionnement, ce qui n’est pas le cas aujourd’hui. « Je veux une culture du résultat et une culture de responsabilité », a affirmé Hervé Morin. « On a la volonté de faire beaucoup plus que ce qui a été fait », a-t-il ajouté.


Le choix se fera sur la base d’indicateurs « exigeants » : le nombre d’adhérents et son évolution, la croissance du chiffre d’affaires et celle du CA à l’export, les plans de formations, le nombre de projets initiés par la structure, les certifications, les labellisations, le nombre d’emplois créés. En contrepartie, les ressources allouées aux filières seront garanties sur trois années. « Et durant ces trois ans on ne vous demandera rien », s’engage la Région. Et si au bout de trois ans les résultats ne sont pas à la hauteur des engagements ? « Il n’y aura pas de cession de rattrapage », a résumé le président. Les filières stratégiques, une dizaine mais « la porte n’est pas fermée », ont six mois pour peaufiner leur dossier de candidature.

  • (*) La filière NAE fédère 107 entreprises et organismes pour 14.200 salariés représentant 2Md€ de chiffre d’affaires annuel.
  • Appli NDK avril 2016
Source : ANI
AVERTISSEMENT © Toutes les informations contenues dans cette dépêche sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l’Agence Normande d'Information (ANI). Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l’accord préalable écrit de l’ANI.



  • SEDELKA mars 2016
  • NM - pub NDK