Télétravail et PME : 23 entreprises normandes accompagnées

Dans le cadre de l’appel à projet « Télétravail et PME », initié par le Ministère de l’économie, trois régions françaises ont été retenues pour sensibiliser et accompagner les entreprises à la question du télétravail. Parmi ces régions, l’ex-Basse-Normandie, où 1 344 entreprises ont été approchées.

Le télétravail, tout le monde connaît. Mais en réalité, le télétravail, c’est encore pour de nombreux chefs d’entreprise une grande nébuleuse, source de stress supplémentaire. Par conséquent, on estime qu’en France, 39 % des entreprises ont recours au télétravail sans que celui-ci soit formalisé. Pour y remédier, le Gouvernement français a lancé dès la fin 2011 un plan d’action en faveur du télétravail, débouchant dès l’année suivante sur un appel à projet où seules trois régions française ont été retenues : l’Alsace, la Champagne-Ardennes et la Basse-Normandie. Et c’est la CCIT d’Alençon, aujourd’hui dénommée CCI Portes de Normandie, qui a assuré le portage de ce dossier au niveau régional.
 
« Lors de cette mission d’un an, de janvier 2015 à janvier 2016, nous avons pris contact avec 1 344 entreprises industrielles et de services, constitutives de la cible fixée par le gouvernement » explique Nicolas Tessier, chef de projet télétravail à la CCI Portes de Normandie. A l’issue de ces prises de contacts destinées à faire un point sommaire sur le télétravail, 122 ont souhaité bénéficier d’une information plus poussée, donnant lieu à une visite en entreprise, et 23 se sont inscrites dans la démarche d’accompagnement. Des chiffres détaillés hier lors du séminaire de clôture organisé à Alençon (61), pour restituer les conclusions de ce travail de terrain.
 
« Il y a une réelle méconnaissance de la trilogie « bénéfices-enjeux-risques » liée au télétravail », reconnaît Xavier de Mazenod, conseil au sein de la société Adverbe et fondateur du réseau du télétravail « Zevillage ». « Mais le plus souvent, les freins sont avant tout le fruit d’inquiétudes et d’obstacles mis en avant par la crainte de l’inconnu. Car lorsqu’elle est bien gérée, la mise en œuvre du télétravail génère un taux de satisfaction de 97 % et très peu de contentieux aux prud’hommes… ».
 
Créée en 2000 à Caen (14), l’entreprise Alticap est l’une des 23 entreprises ayant bénéficié d’un accompagnement personnalisé. Spécialisée dans l’informatique de gestion d’entreprise, la société croît rapidement pour être aujourd’hui un groupe de 140 collaborateurs, présents dans de nombreuses villes françaises. « Pratiquement tous dans nos métiers, nous avions recours au télétravail, mais cela sans véritable cadre juridique. Pour nous, intégrer ce dispositif, c’était l’assurance de disposer des bons contrats et de répercuter cette expérience sur l’ensemble de la structure », explique François Garnier, DAF au sein du groupe Alticap. Et d'ajouter, « en agissant de cette manière et en formalisant la procédure, nous nous appuyons également sur le télétravail comme outil de développement… ». Toujours en phase de croissance, l’entreprise souhaite en effet développer son activité sur de nouvelles villes de l’Ouest de la France. Mais avant d’y implanter une agence, l’entreprise va recourir au télétravail afin de se constituer une clientèle suffisante, permettant de couvrir les frais induits par une présence physique.
 
Aujourd’hui clôturée, cette action spécifique a néanmoins démontré la nécessité de présenter la solution « télétravail » au sein des entreprises. Car si 21 % des entreprises interrogées disent ne pas savoir quels en sont les enjeux, elles reconnaissent à 40 % l’efficacité de travail de leurs collaborateurs ayant opté pour cette organisation du travail. « Le gain de productivité d’un télétravailleur n’est pas un mythe. Il a été confirmé par différentes études et on l’estime à 15 % de plus par rapport à un travailleur présent physiquement à son bureau », souligne Xavier de Mazenod. C’est donc pour cette raison que la CCI Portes de Normandie a décidé de poursuivre son travail d’accompagnement en faveur du télétravail sur l’année 2016.
 
  • Appli NDK avril 2016

Interview

Complément d'information avec Martin-Pierre Rapeaud, responsable de l'entreprise Manuplast à La Ferté Macé (61), au micro de Jacques-Olivier Gasly.

  • Comment le télétravail peut-il s'appliquer dans une entreprise industrielle ?

A partager : la vidéo sur les bonnes pratiques du télétravail !

Vidéo produite par la CCI Portes de Normandie et LBMG avec le soutien de la DGE, la préfecture de la région Basse-Normandie, Orne développement, Zevillage et Manuplast.
Source : Jacques-Olivier Gasly
© 2015 Normandinamik.cci.fr. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par Normandinamik.cci.fr. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de Normandinamik.cci.fr.



  • SEDELKA mars 2016
  • NM - pub NDK