2015 a été une bonne année, selon la douane normande [AUDIO]

Yvan Zerbini (au centre), directeur inter-régional des douanes en Normandie, entouré des directeurs régionaux

La perception des recettes s’est élevée à 6,5 milliards d’euros (+3%), la lutte contre les grands trafics a connu une saisie record de 2,4 tonnes de cocaïne sur un navire, et près de 300 entreprises bénéficient des simplifications douanières. Face à la diversification des fraudes et des trafics illicites, aux menaces de terrorisme et à la pression migratoire, l’effectif de 877 agents va être renforcé courant 2016 par le recrutement de 19 agents supplémentaires affectés aux points de passage frontaliers (PPF).
 
« La plus importante saisie jamais réalisée en métropole », résume Jean-Philippe Vigot, directeur régional garde-côtes. Ce 11 décembre 2015, un  cargo moldave a été dérouté à la suite d’une longue traque vers le port de Boulogne-sur-Mer où les douaniers ont découvert 80 ballots de cocaïne. Valeur marchande : 500 M€. Lutter efficacement contre les grands trafics est « une mission de protection essentielle pour la douane : avec la mondialisation des échanges, les risques de fraude augmentent », explique Yvan Zerbini, directeur inter-régional des douanes en Normandie. En 2015, les saisies réalisées ont porté sur le cannabis (224,6 Kg), l’héroïne (31,8 Kg), les cigarettes et tabac (682,3 Kg), les contrefaçons d'articles divers (483.329).
 
Certes, avec une dizaine de points de passage frontaliers (PPF) sur tout son territoire, gares maritimes ou aéroports, dont Le Havre qui est avec Roissy et Marseille l’un des trois grands points d’entrée de France, la Normandie a de quoi faire. 142 douaniers y sont actuellement dédiés, effectif étoffé en 2016. Renforcer son action de contrôle aux frontières et de lutte contre le terrorisme ne doit pas pour autant « freiner la fluidité des échanges internationaux et des flux de marchandises », insiste Yvan Zerbini.
 
Au Havre, où tous travaillent sur la simplification et la dématérialisation des procédures et le nouveau code des douanes de l’union européenne (CDU), « le but n’est pas de contrôler les 2,5 millions de conteneurs, admet Frédéric Lambert, directeur régional des douanes au Havre. Ainsi, le travail de ciblage en amont est renforcé, un scanner à conteneur mis en service depuis fin 2015 permet une radiographie de la boîte sans l’ouvrir ». La cellule Celtic (cellule d'études et de lutte contre les trafics illicites par conteneurs) regroupe 31 agents.
 
Une enveloppe de 45 M€ est annoncée d’ici 2018, sur toute la France, dédiée à l’acquisition de nouveaux équipements. Déjà dotée de trois hélicoptères, quatre bateaux dont un patrouilleur, et de quinze maîtres-chiens, la douane normande planche sur les nouveaux types de besoins, pour le contrôle et la détection, notamment avec des appareils à rayons X ou des outils portatifs. Il s’agit de s’adapter aux évolutions des trafics. Par exemple, les flux postaux et de fret express de marchandises sont de plus en plus utilisés par les trafiquants pour l’acheminement de marchandises prohibées.
 
« La surveillance sur Internet pour découvrir des filières de contrefaçons complète nos contrôles dans les centres de tri » explique Philippe Richard, directeur régional à Caen. Enfin, la pression migratoire se déplace sur le littoral de la Manche. Sur les 6 premiers mois de l'année 2016, 57 migrants clandestins y ont été arrêtés, dont une vingtaine à Ouistreham (Calvados) contre 14 en 2015. « Nous nous attendons cet été à de nombreuses tentatives d’embarquement de migrants », prévoit Serge Duyrat, directeur régional à Caen.
  • EMN jour Portes Ouv janv 2018

Interview

  • Complément d'information avec Yvan Zerbini, directeur inter-régional des douanes en Normandie, au micro de Jacques-Olivier Gasly
Source : ANI
AVERTISSEMENT © Toutes les informations contenues dans cette dépêche sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l’Agence Normande d'Information (ANI). Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l’accord préalable écrit de l’ANI.



  • Salon franchise 2018 CCI Estuaire
  • NM - pub NDK