Santé équine : une plate-forme de recherche inaugurée à Saint-Contest

C’est sur les hauteurs de Caen, sur la commune de Saint-Contest, qu’a été inaugurée vendredi, en présence du président du Sénat, Gérard Larcher, la nouvelle plate-forme de recherche en bio-technologies équines.

Anciennement dénommée plateforme Hippolia (cf. article du 28/11/2014), le nouvel ensemble situé sur la commune de Saint-Contest (14) s’intègre dans un environnement global de  recherche en santé du cheval. Y est déjà implanté le site de Goustranville, situé non loin de Dozulé (14), lequel a la particularité d’accueillir l’Ecole nationale vétérinaire d’Alfort via son antenne, le CIRALE (Centre d’Imagerie et de Recherche sur les Affections Locomotrices Equines), ainsi que le laboratoire de pathologie équine de l'ANSES (Agence Nationale de Sécurité Sanitaire) et l’unité d’expérimentation du laboratoire de recherche sur le contrôle anti-dopage de la Fédération Nationale des Courses Hippiques…
 
« Ici, sur Saint-Contest, il s’agit d’une plateforme de recherche collaborative sur la santé équine, dédiée aux bio-technologies et à la recherche sur les maladies infectieuses équines », explique notre guide, Pierre-Hugues Pitel, directeur du pôle santé de LABEO et directeur du pôle recherche. Car, située juste derrière les locaux du site LABEO Frank Duncombe*, la plateforme accueille désormais son pôle R&D en santé équine. Mais on retrouve également sur place le réseau d’Epidémio surveillance en pathologie équine. « Leur rôle est très important. Il faut par exemple savoir que lors des JO de Londres, les organisateurs étaient en contact permanent avec cette équipe afin d’anticiper toute épidémie de grippe chez le cheval et savoir si des épreuves devaient être reportées ou annulées… ».
 
Enfin d’ici une dizaine de jours, une équipe de l’Université de Normandie (Biotargen), devrait prochainement venir grossir les rangs de la partie tertiaire du site qui dispose également d’un espace pour accueillir deux start-ups, pour lesquelles un appel à candidature vient d’être lancé.
 
Les travaux de Recherche et Développement sur cette plateforme concernent aussi les maladies inflammatoires respiratoires (asthme équin), l’ingénierie cellulaire et les thérapies cellulaires (équipe de l’Université). Equipé de matériel dernier cri, le laboratoire est en mesure de conduire des analyses aussi fines qu’inattendues.
 
« Nous avons travaillé avec un haras qui a rencontré de très gros problèmes sanitaires car les chevaux souffraient de troubles hépatiques sévères. Grâce au matériel dont nous disposons, nous avons réussi à identifier une molécule qui n’avait encore jamais été identifiée, présente dans l’herbe du haras.  Après plus de 2 années sans élevage, le haras est de nouveau en capacité de reprendre son activité », détaille Pierre-Hugues Pitel.
 
* le GIP LABEO regroupe les laboratoires départementaux du Calvados, de l’Orne, de la Manche et bientôt de l'Eure. Il constitue, à l’échelle normande, une plateforme d’analyse et de recherche de haut niveau technologique dédiée à la biologie, à la microbiologie et à la chimie dans les domaines de la santé animale, de l’agroalimentaire et de l’environnement.
 
  • Bienvenue Ndie reseau 2017

La filière équine en Normandie :

  • 7 900 emplois
  • 6 470 entreprises
  • 1,334 milliard d’euros de chiffre d’affaires annuel
  • 12 189 naissances par an
  • 670 établissements équestres
  • 2 Haras Nationaux
  • 50 races élevées dont des races locales célèbres : cheval percheron, cob normand
  • 30 % de la production française est normande
  • Courses : 50% des juments reproductrices françaises sont en Normandie.
  • 1ère région d’équitation : Avec 14 licenciés FFE pour 1000 habitant, la Normandie est la 1ère région équestre de France
  • 1ère région de chevaux de sport : 40 éleveurs dans le Top 100 de CSO (SHF)
  • 1ère région de chevaux de courses : plus d’un cheval sur deux est né en Normandie – parmi les 20 meilleurs éleveurs de trotteurs français, 17 sont normands
  • 1ère région en recherche et innovation équines : 1 pôle de compétitivité, la plateforme de recherche équine et un Groupement d’intérêt scientifique en cours de création,
  • 1ère région de formation : Ecole internationale et Equiressources au Haras du Pin (premier service public de mise en relation employeur-candidat de la filière équine) ; Conches : 1er centre de formation d’enseignants d’équitation de France. 1ère région de France pour le nombre d’offres d’emplois publiées sur le site Equiressources. Possibilité de se former à 100 métiers autour du cheval en Normandie.
 

Complément d'information

Écouter l'intervention de Malika Cherrière, Présidente du syndicat mixte Hippolia

Présentation de la filière par Hervé Morin



  • Ndie Qualite Tourisme (obstacle)
  • NM - pub NDK