La Normandie officialise la commande de 40 nouveaux trains

Nicole Klein, Préfète de la région Normandie, Préfète de la Seine-Maritime, Hervé Morin, Président de la Région Normandie et Guillaume Pepy, Président du directoire de SNCF, Président de SNCF Mobilités, ont officialisé la commande de 40 nouveaux trains auprès de Laurent Bouyer, Président Bombardier Transport France, ce jour, à l’atelier de maintenance de SNCF à Sotteville-lès-Rouen (76). Ces nouveaux trains circuleront dès 2020 sur les lignes Paris-Caen-Cherbourg et Paris-Rouen-Le Havre.
 
Nicole Klein : « C’est la concrétisation d’une démarche engagée dès le 25 avril 2016, lorsque le Premier ministre est venu, au Mont-Saint-Michel, signer le protocole d’accord transférant la gestion des lignes "trains d’équilibre du territoire" normandes de l’État à la Région Normandie. Cet accord permettra d’adapter l’offre TET entre l’Ile-de-France et la Normandie. Une articulation optimale avec les TER sera possible dans la mesure où leur gouvernance sera, à compter de 2020 au plus tard, assurée par la même autorité organisatrice. Afin de garantir ce transfert dans les meilleures conditions, l’État investit 720 millions d’euros pour le financement des nouveaux trains qui circuleront entre Paris-Caen-Cherbourg, Trouville-Deauville et Paris-Rouen-Le Havre, l’adaptation et les équipements de maintenance nécessaires.»
 
Hervé Morin : « C’est un grand pas en avant pour la Normandie. La bataille du rail est en passe d’être gagnée. Jean-Baptiste Gastinne, Vice-Président de la Région Normandie, chargé des transports, et moi-même sommes très satisfaits que les négociations avec l’Etat et SNCF, débutées en février dernier, aient pu aboutir en un temps fort record. La commande de ces 40 nouveaux trains est une étape décisive. Dans moins de quatre ans, les Normands pourront voyager dans des trains dignes des TGV. Je suis heureux aussi que la Normandie fasse des émules. La Région Grand Est a annoncé la semaine dernière qu’elle allait, à l’instar de la Normandie, prendre la compétence de trois lignes « Train d’Equilibre du Territoire » sur son territoire.»
 
Guillaume Pepy : « À l’horizon 2020, la Normandie disposera de l’ensemble des leviers structurants de la mobilité sur son territoire et c’est pour SNCF un formidable défi d’accompagner la première région à s’engager dans cette voie. Nous sommes, dès à présent, pleinement engagés dans cette co-construction illustrée par cette première étape conduite en un temps record. Une équipe d’experts regroupant les compétences de SNCF Mobilités et SNCF Réseau travaillera dans les prochains mois main dans la main avec la Région Normandie ».
  • Expert-Cpt juin 2017 pave mobile

Des trains neufs de confort type TGV dès 2020 sur les lignes normandes

Les 40 trains, OMNEO Premium Normandie, version grand confort grandes lignes de Bombardier, pourront circuler à 200 km/h.
 
Les voitures à deux étages seront spacieuses. Elles comprendront 430 places par rame avec un confort comparable à celui des Corail ou TGV « Atlantique (soit 860 places par train de deux rames, complété de 80 strapontins).
 
D’un point de vue technique, le système de climatisation autorégulé, les faibles niveaux acoustiques et vibratoires contribuent à une atmosphère feutrée propice au voyage.
 
L’accès dans le train se fera par de larges portes de plain-pied depuis les quais de toutes les grandes gares grâce à un dispositif comble lacune. Le train est équipé d’un espace Personne à Mobilité Réduite avec toilette adaptée. Chaque rame sera équipée de cet espace,  soit deux par train.
 
WiFi, prises électriques, affichage de la réservation sur les sièges … feront également partie des services proposés.
 
Un plan d’options supplémentaires sera annoncé, début décembre, lors du bilan de la concertation, lancée en septembre dernier auprès des Normands. Les voyageurs étaient invités à donner leur avis par le biais d’un questionnaire accessible en ligne sur le site internet de la Région Normandie. La consultation portait sur différents points : les aménagements, les équipements dans les trains, le design intérieur, les espaces et les services à bord, le nom des nouveaux trains…

Des trains compatibles avec les infrastructures existantes

L’accord cadre de SNCF avec Bombardier a permis la commande de ces nouveaux trains pour la Normandie auprès du constructeur. Celle-ci nécessitait de vérifier, au préalable, leur compatibilité avec l’infrastructure de la gare de Paris Saint-Lazare. L’objectif de ces études était de lever tout risque relatif à l’infrastructure. Le résultat des études menées par SNCF Réseau permet d’affirmer que les trains OMNEO Premium Normandie pourront être accueillis en gare Saint Lazare.
 
Par ailleurs, ce nouveau matériel roulant sera soumis  à une  autorisation de mise en circulation commerciale par l’Autorité française de sécurité ferroviaire (EPSF) en septembre 2019 pour une mise  en circulation commerciale au tout début 2020.
 
Des trains fabriqués en France à Crespin et en Normandie
Les 40 nouvelles rames commandées pour la Normandie seront toutes fabriquées en France à Crépin près de Valenciennes (Nord, Hauts-de-France). Premier site industriel ferroviaire français, le site de Bombardier à Crespin emploie 2 000 salariés. Le site rassemble l’ensemble des compétences nécessaires à la réalisation d’un train : de la conception générale aux études de détail, à l’assemblage, aux tests et à la mise en service des matériels.
 
La commande de 40 rames OMNEO Premium Normandie par SNCF pour le compte de la Région Normandie représente l’équivalent de quatorze mois de production pour le projet OMNEO et 50 % de la charge industrielle du site de Crespin pendant la phase de production. C’est aussi la pérennisation des compétences et des emplois sur ce site. La commande pour la Normandie représente 450 emplois directs sur le site de Crespin pendant la  phase de production. C’est aussi environ trois fois plus d’emplois pour les fournisseurs de Bombardier, dont 75 % sont français.
 
Bombardier a forgé sa réputation grâce au succès du contrat de l’Autorail Grande Capacité (AGC) signé en 2001, une série historique de 700 TER qui circulent actuellement dans toute la France.
 
Actuellement, l’activité du site repose sur deux grands contrats :
 
  • La plateforme OMNEO, dont le Regio 2N un train à deux niveaux pour les Régions qui en ont commandé 213 exemplaires dans le cadre d’un contrat signé en 2010 comprenant 860 trains. S’ajoute aujourd’hui la commande de ces 40 OMNEO Premium Normandie, des trains intercités pour la Région Normandie. Le dernier train commandé sera livré début 2021.
  • Le Francilien (225 trains commandés sur le contrat signé en 2006 de 372 trains), co-financé par SNCF et le STIF. Le dernier train commandé sera livré en 2018.
 
L’entreprise participe également aux projets de métro parisien fer MF2000 et MI09 pour le RER A de la RATP, contrats qui se terminent début 2017 pour le site de Crespin.

Les sous-traitants de Bombardier en Normandie

Les sièges seront conçus et fabriqués à Evreux (27) par la société Compin SA. D’autres sous-traitants interviendront sur la réalisation des trains OMNEO Premium Normandie : Deutsch (Evreux, connecteurs électriques), Ressorts Masselin (Le Petit Quevilly, ressorts), Eiffel industries (Sandouville, usinage), Paulstra (Rouen, suspension secondaire), Seim (Dieppe, peinture poudre), Spiragaine (Saint-Pierre-lès-Elbeuf, gaine isolante), Hypertac (Saint Aubin les Elbeuf, connectique).

Des ateliers de maintenance au plus près des nouveaux trains

Le centre d’excellence à Sotteville-lès-Rouen et des installations complémentaires, notamment à Caen seront renforcés pour disposer d’un schéma de maintenance robuste réparti sur plusieurs sites en Normandie, gage de fiabilité et de disponibilité accrues.
 
Des études seront engagées pour l’adaptation des installations de maintenance à Caen, Cherbourg, Le Havre, Sotteville-lès-Rouen et Clichy. SNCF Mobilités en assurera la maîtrise d’ouvrage.
 
Concernant plus particulièrement le site de Sotteville-lès-Rouen, la Région s’est d’ores et déjà engagée dans le développement d’ateliers adaptés au matériel roulant régional, tout d’abord pour l’accueil des Régiolis de Rouen-Dieppe (coût 22 millions euros financés à parts égales par SNCF Mobilités et la Région) et ultérieurement pour accueillir la majeure partie de l’entretien des matériels OMNEO premium à 2 niveaux (coût évalué à 37 millions euros, valeur aux conditions économiques 2015).

L’accord normand

Le 25 avril dernier, au Mont-Saint-Michel, Hervé Morin, Président de la Région Normandie, a signé avec le Premier ministre un protocole d’intentions portant sur le transfert à la Région Normandie, au 1er janvier 2020, de cinq lignes dites « Train d’Equilibre du Territoire » (TET): Paris-Caen-Cherbourg/Trouville-Deauville, Paris-Rouen-Le Havre, Paris-Granville, Paris-Evreux-Serquigny et Caen-Le Mans-Tours.
 
En contrepartie, cette première convention nationale entre l’Etat et une Région sur les TET était accompagnée d’un engagement de l’Etat de renouveler en 2020 au plus tard, les matériels roulants sur deux de ces lignes : Paris-Caen-Cherbourg / Trouville-Deauville et Paris-Rouen-Le Havre. C’est chose faite avec la signature aujourd’hui de la commande de 40 nouveaux trains à Bombardier. Hervé Morin a obtenu un engagement de l’Etat à hauteur de 720 millions d’euros pour financer le renouvellement des trains, l’adaptation et les équipements de maintenance nécessaires.
 
Dans les prochaines semaines, SNCF sera aux côtés de la Région pour la remise à niveau de l’offre de mobilité en Normandie avec une équipe projet co-dirigée par : Tristan Rouzès pour SNCF Mobilités et Yannick Dubos pour SNCF Réseau. La Normandie disposera de trains neufs et confortables en 2020. Les centres de maintenance seront installés à Sotteville-lès-Rouen et à Caen, ce sont environ 100 millions d’euros d’investissement et 100 à 150 emplois seront créés. Les voies des principales lignes Intercités normandes seront rénovées, ce sont 500 millions d’euros d’investissement, et les études commencent sur la simplification et la rénovation du réseau à l’entrée de la gare Saint Lazare.
 
Au total, c’est plus d’1,2 milliard d’euros que l’État investira dans les trains normands.
 
Une fois les premières rames livrées et les lignes modernisées, la Région deviendra, à l’instar des TER, autorité organisatrice des lignes normandes Intercités. Elle deviendra également en 2017 responsable des transports routiers interurbains jusqu’ici dévolus aux Départements. La Région saisira cette opportunité pour remettre à plat l’offre de transport du territoire normand.
 
La Région s’engage à tout mettre en œuvre pour proposer à l’avenir une offre de service de qualité et suffisamment attractive pour envisager une gestion à l’équilibre.
 
La Région Normandie investit depuis des années dans le ferroviaire comme pour les lignes Intercités Paris-Granville (300 millions dont plus de 140 millions pour le matériel roulant financés à 100 % par la Région), la ligne TER Caen-Rennes (80 millions de travaux entre Lison et Pontorson ces dernières années), et la ligne TER Bréauté-Fécamp, qui va rouvrir très prochainement après avoir été entièrement rénovée.
Source : Communiqué de presse Région Normandie



  • CCI LINK HUB candidature juil
  • NM - pub NDK