Sénalia : la campagne 2015-2016, marque pour le groupe un record d’activité !

Le groupe Sénalia, qui exploite les terminaux portuaires céréaliers et agro-industriels sur le port de Rouen, a tenu ses assemblées générales vendredi. Avec plus de 8,3 millions de tonnes manutentionnées, la campagne 2015-2016, marque pour le groupe Sénalia un record d’activité.

La campagne de chargement des navires de céréales a été historiquement active, les tonnages chargés ont augmenté de plus de 25 %. Plus de 5,2 millions de tonnes de blé et d’orge ont été mises à bord des navires ce qui représente un million de tonnes de plus que la campagne 2014/15. Le Maroc et l’Algérie ont retrouvé les premières places suivis de près par la Chine. Les orges de brasserie et de mouture représentent près de 1,9 million de tonnes ce qui est un nouveau record pour Sénalia.
 
En 5 ans, la part des transports massifiés (voie d’eau et voie ferroviaire) a été multipliée par 2 illustrant l’efficacité des actions et investissements entrepris par le groupe Sénalia pour l’approvisionnement de ses silos.
 
Les activités agro-industrielles, qui représentent 39 % du volume manutentionné par Sénalia, maintiennent leur niveau d’activité (cacao, sucre, bio-éthanol et trituration).
 
« Nos collaborateurs sont notre force » a précisé Gilles Kindelberger. Il a insisté sur l’engagement dont ont fait preuve les équipes de Sénalia pour atteindre ces records. « Grâce à une activité soutenue, les résultats financiers du groupe Sénalia 2015/16 sont bons et la solidité du groupe se renforce » a-t-il indiqué.
 
 
Le directeur général a présenté ensuite les projets au Maroc qui permettent au groupe Sénalia de faire valoir les savoir-faire logistiques de la coopération agricole française dans les pays de destination : la coopération avec la SOSIPO et la création de Sénalia Maroc acteur logistique.
 
Il a présenté la projection pour l’année 2016/17, indiquant qu’avec 1,8 million de tonnes de grains chargés, soit une baisse de 66 % par rapport à la campagne 2015/16, il s’agirait de la plus faible année depuis la création de Sénalia.
 
« Et si la France jouait gagnant ? » s’est interrogé Gilles Kindelberger en ouverture de la table ronde réunissant 4 experts de la « planète blé ». La Mer Noire, la Chine, l’Inde, l’Amérique du Sud ont été l’objet d’un échange riche. Les différentes régions de production se développent tant en qualité qu’en quantité. La capacité des pays de la Russie et de l’Ukraine à supporter des prix bas doit nous interpeler a précisé Jean-Jacques Hervé. Les experts ont ainsi mis en lumière que la France ne peut pas s’isoler de la concurrence internationale. « La planète blé bouge vite, et la France doit s’activer pour garder une place significative » a pu conclure le Président d’Intercéréales Jean-François Loiseau.
 
Thierry Dupont, Président de Sénalia, après avoir rappelé les faits de la campagne, trace les prochains chantiers. Il constate à la lumière des échanges de la table ronde que « le centre de gravité de la planète blé se déplace vers la Mer Noire ». Y compris dans cette campagne 2016/17 difficile, Sénalia veut continuer à offrir aux acheteurs de blé français la qualité qu’ils attendent et continuer à leur donner envie d’acheter du blé français.
 
Il ajoute que pour cela, Sénalia poursuit ses investissements dans les outils, dans les hommes et contribue, par sa participation active aux réflexions de la filière, à l’amélioration de la compétitivité de nos agriculteurs. Il rappelle que le groupe Sénalia, indépendant des réseaux commerciaux, est au service de la filière de l’exportation française des céréales et a su équilibrer son développement avec des partenariats forts de diversifications. « Il ne faut pas renoncer, mais il faut se donner les moyens de produire davantage, de monter en qualité, d’innover, d’investir, de sécuriser et de prospecter les marchés » a-t-ilconclut.
  • EMN jour Portes Ouv janv 2018
Source : Communisqué de presse Senalia



  • Salon franchise 2018 CCI Estuaire
  • NM - pub NDK