Solcera : « Nous avons été sauvés d’une mort certaine ! »

Spécialisée dans la conception et la fabrication de céramiques techniques, l’entreprise Solcera entame une seconde vie et a pu compter sur un important soutien financier de la Région…

Jusqu’à il y a encore deux ans, l’avenir de Solcera (ex-CoorsTek) était des plus incertains. « Nous étions sous actionnariat américain et à court terme, la volonté était de s’approprier les compétences techniques et le savoir-faire de l’entreprise et de transformer notre entité en une coquille vide », explique Bernard Calès, directeur adjoint de l’entreprise. Car si 50 % de son chiffre d’affaires est réalisé via ses activités pour l’industrie agricole (80 % à l’export), les 50 % restant sont réalisés sur le très sensible domaine militaire !
 
« Nous sommes spécialisés dans la conception et la fabrication de céramiques de très haute technicité. Pour l’agriculture, nous réalisons des buses de pulvérisation. Dès que vous voyez un engin pour traiter les vignes par exemple, vous pouvez vous dire que les buses utilisées viennent d’ici. Mais notre deuxième métier, c’est celui de la défense et de l’aéronautique… », détaille le directeur adjoint. 
 
Du fait de leur savoir-faire unique en termes de réalisation de céramiques techniques, mais aussi de leur capacité à assembler le verre ou le métal avec la céramique, les équipes de Solcera sont aussi bien amenées à réaliser des plaques des blindage, que l’on peut retrouver sur l’A 400M ou l’hélicoptère européen NH90, que des vitres blindées transparentes pour loger le guidage laser des missiles de l’armée.
 
Afin de préserver ce savoir-faire, les politiques ont été appelés à la rescousse afin de permettre un divorce rendu effectif dès novembre 2015. Une partie des cadres, épaulés par un « Family office » lyonnais, reprennent les commandes de l’entreprise qui doit cependant très rapidement investir en raison d’un outil de production vieillissant. Et l’entreprise sera l’une des premières à bénéficier du soutien financier de la région Normandie et de l’Agence pour le développement de la Normandie (ADN), soit 2 851 282 euros sous forme d’un prêt à taux zéro et d’une subvention de 506 817 euros !
 
« Ce n’est pas rien », assure Hervé Morin, président de la Région Normandie venu sur place constater le bon emploi des deniers publics. « Il s’agit d’un effort significatif de la Région mais vus les trésors de technique et le potentiel de développement, nous ne pouvions pas laisser mourir cette société ! »
 
De fait, l’entreprise qui totalisait un chiffre d’affaires de 15 millions d’euros en 2015 renoue avec la croissance avec 18 millions d’euros sur l’année 1016. « Si nous continuons sur notre lancée, l’objectif des 25 millions en 2020 sera atteint », assure Bernard Calès. 
 
En parallèle, l’entreprise poursuit son programme d’investissement (7 millions prévus sur 2 ans) et d’extension. Un nouveau bâtiment est en cours de construction et un nouveau permis de construire devrait être prochainement déposé pour 1 500 m2 supplémentaires. Enfin l’entreprise embauche ! « Avec l’effort d’investissement des collectivités, nous nous sommes engagés à créer de l’emploi, localement. Sur 2016, nous avons déjà recruté 12 personnes, et 12 autres devraient prochainement nous rejoindre », assure Bernard Calès.
  • Ndie Qualite Tourisme (sable)
Source : Jacques-Olivier Gasly
© 2017 Normandinamik.cci.fr. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par Normandinamik.cci.fr. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de Normandinamik.cci.fr.



  • Ndie Qualite Tourisme (obstacle)
  • NM - pub NDK