Fluidifier et sécuriser le passage portuaire

Inédit, selon ses fondateurs. Lancé ce jeudi au Havre, Trafis Lab est le premier laboratoire de recherche public-privé consacré à la facilitation des échanges internationaux, à la sécurité, au numérique et à l’intelligence artificielle. Haropa (ports du Havre, Rouen et Paris), les douanes, l’Institut supérieur d'études logistiques de l’université du Havre (Isel) et Soget, leader de l’informatique portuaire, se sont rassemblés pour créer un Groupement d’intérêt scientifique (GIS), dénommé Trafis Lab (pour « Trade facilitation intelligence & smart-logistics »).
 
Chercheurs, ingénieurs, experts vont plancher sur « des solutions opérationnelles innovantes pour fluidifier et sécuriser le passage de la marchandise en zone portuaire », résume Thierry Derrey, de l’Isel, et chargé de mission. L’objectif est de « co-construire les innovations logistiques, douanières et portuaires de demain ». Et à terme, cette « facilitation des échanges » est « un accélérateur du commerce international ». « L’enjeu est celui de l’attractivité du territoire », a expliqué Jean-Michel Thillier, adjoint au directeur général des Douanes et président du GIS. Il s’agit de « s’adapter » aussi bien à la croissance des échanges maritimes, l’évolution permanente des solutions logistiques, à la concurrence acharnée sur le Range Nord qu’aux menaces terroristes.
 
Le laboratoire est accueilli par l’Isel, sur le campus de l’université, dans le quartier des Docks. « L’Institut travaille déjà sur de nombreux programmes de recherche pour l’amélioration de la compétitivité des ports de la vallée de Seine », explique Edouard Reppert, son directeur. Le premier programme opérationnel de Trafis Lab est lancé cette année, avec un budget de démarrage évalué à hauteur de 362.000 euros. Il est financé par les partenaires du GIS et avec le soutien de l’État, des Régions Normandie et Île-de-France, dans le cadre du contrat de plan interrégional (CPIER) Vallée de Seine, et de la Caisse des dépôts. Il prévoit une première création de cinq postes d’ingénieurs et chercheurs, qui viendront renforcer les équipes des partenaires du GIS, soit une vingtaine d’experts.
 
Le comité de pilotage a identifié quatre thèmes : la sécurisation des données logistiques, le Big Data pour le diagnostic et la détection de situations critiques, l’intelligence artificielle appliquée aux Port Community Systems, les indicateurs de performance dynamique de la smart logistics. Une étude d’opportunité va également être lancée pour la création d’une grande halle technologique de 2 500 m2 consacrée au conteneur. Objectifs : concevoir, innover, tester et valider des scénarios de manutention, d’intelligence artificielle, de sûreté-sécurité, de traçabilité
 
  • Business Story Exp-Cpt nov 2017
Source : ANI
AVERTISSEMENT © Toutes les informations contenues dans cette dépêche sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l’Agence Normande d'Information (ANI). Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l’accord préalable écrit de l’ANI.



  • EMN-formation continue Nov2017
  • NM - pub NDK