paris-normandie : Le syndicat des journalistes affiche sa "déception"

L’avenir de Paris-Normandie, actuellement en redressement judiciaire, est entre les mains du tribunal de commerce de Rouen. Un tribunal qui, on l’a appris jeudi 23 février, penche pour l’offre de continuation présentée par l’actuel propriétaire, le journaliste Xavier Ellie. Au grand dam de la rédaction du quotidien normand et de son Syndicat national des journalistes (SNJ).
 
Ces derniers avaient, en effet, affiché une nette préférence pour l’offre de rachat du groupe de presse belge Rossel, déjà propriétaire de la Voix du Nord et du Courrier Picard, et qui semblait tenir la corde jusqu’à maintenant. Un troisième projet, celui de coopérative porté par le syndicat du livre-CGT, a été écarté faute de financement.
 
Dans une note interne rédigée vendredi dernier à l’attention des journalistes, le SNJ de Paris-Normandie fait part de sa « déception »et évoque « un rendez-vous raté qui risque de ne plus jamais se représenter ». « Nous ne pouvons, poursuit le SNJ, que regretter la description faite par les administrateurs judiciaires de l’offre de Rossel et son « insuffisance » financière vis-à-vis d’un passif dont il n’est pas comptable. D’autant que le juge-commissaire a déclaré que l’offre Voix du Nord était « la mieux à même d’assurer la pérennité de l’entreprise... " "Il ne s'agit que d'offres verbales"Pourtant adossée à la solidité financière et à l’expérience d’un grand groupe, l’offre Rossel (650 000 € pour le rachat et 3 millions d’investissement) semble avoir buté sur l’apurement du passif, non pris en compte.
 
Or, le projet de continuation Ellie promet, lui, un remboursement des créances. « Etalé sur neuf ans », précise Richard Mesnildrey, journaliste et titulaire au comité d’entreprise qui s’interroge : « A condition d’être encore là dans neuf ans... »Côté gros sous, Xavier Ellie a annoncé au tribunal le renfort d’investisseurs extérieurs qui, dixit le SNJ, « rentreraient dans le capital à hauteur de 35 % » en apportant « 750 000 euros ».
 
Une promesse de financement formulée par un ancien du magazine VSD, Jean-Pierre Canat. Les casinos Partouche et le groupeindustriel Arcole sont également évoqués.
 
Mais, pour l’heure, « il ne s’agit que d’offres verbales », s’inquiète le SNJ. Et le syndicat de rédacteurs de souligner « les carences du plan de continuation qui ne peut pas nous permettre d’envisager sérieusement l’avenir de nos titres au-delà du court terme ».

Sur l’aspect social, les deux projets prévoient des licenciements, 33 avec Xavier Ellie, 41 avec Rossel.

Et maintenant ? Le tribunal de commerce va rendre son jugement définitif le 15 mars. Et une surprise de dernière minute, toujours possible, semble tout de même improbable.
  • art'up2017
Source : Filfax Normandie
AVERTISSEMENT © 2017 Filfax Normandie. Toutes les informations contenues dans cette dépêche sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par Filfax Normandie. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l’accord préalable écrit de Filfax Normandie.



  • Harmonie mutuelle devis ligne
  • NM - pub NDK