En 2013, l'Armada devra compter avec un argent plus rare

Le président de l’association Armada 2013, Patrick Herr, a fait part mardi de sa relative « déception » au lendemain de l’annonce faite par les partenaires institutionnels de renforcer leurs engagements financiers de 20% par rapport à l’Armada de 2008 pour soutenir l’organisation de la prochaine édition prévue à Rouen en juin 2013. Le président réclamait un million d’euros supplémentaires. L’association a obtenu une rallonge de 500.000 € sur un budget global de 10,5 M€.

L’engagement de la Région Haute-Normandie, du Département de la Seine-Maritime, de la ville de Rouen et de la communauté d’agglomération CREA, passera de 2,7 M€ en 2008 à 3,2M€. « Ce n’est pas ce que nous demandions mais je comprends les collectivités, tient à préciser Patrick Herr. Malgré la pression et la menace de décevoir le public en réduisant ou en annulant la manifestation les ponts ne sont pas coupés avec les institutionnels ».

L’association devra statuer sur cette proposition le 6 juillet sans pour autant, assure son président, remettre en cause la gouvernance bénévole de cette manifestation qui a attiré en 2008 plusieurs millions de spectateurs.

« Hors de question de dynamiter un système qui a fait ses preuves » mais il devient pertinent chez les collectivités d’être désormais « plus étroitement associées aux décisions », souligne-t-on à la mairie de Rouen dans un contexte où les finances publiques sont rares. « Il manque 1 M€ et nous apportons la moitié. A l’Armada d’identifier 500.000 € d’économies. Je ne vois pas comment cela ne serait pas possible sur un budget de 10 M€ », résume Philippe Novel, directeur de cabinet du maire de Rouen. Les collectivités encouragent donc l’association de l’Armada à rechercher de nouveaux partenaires privés.

Pas si simple, observe en substance le président de l’Armada. En 2008, le sponsoring privé au sens plein du terme était de 320.000 €. L’objectif est d’atteindre la barre des 500.000 €.

« Les collectivités ne prennent pas en compte les partenariats privés basés sur des échanges, calcule Patrick Herr. Renault nous prête 50 véhicules. France Telecom (Orange) fait beaucoup. Le Grand Port Maritime de Rouen évalue sa participation à plus de 200.000 € (remorquages, surveillances diverses, etc). Coca Cola met à disposition 50.000 € de boissons, etc ».

En revanche, il estime que les collectivités disposent encore de marges de manœuvre comme le ramassage des ordures des ordures sur le site de l’Armada par la CREA qui « coûte très cher, aux alentours de 300.000 €. La CREA pourrait prendre à sa charge cette dépense. C’est un élément de négociation », demande le patron de l’Armada.

La négociation sera rude car les collectivités apportent déjà leur pierre à l’édifice en matière d’échanges de services. La ville de Rouen a consacré 1,8 M€ à l’Armada en 2008 dont 830.000 € en prestations diverses (coût logistique, heures supplémentaires, etc).

Et au petit jeu des économies, les collectivités ont décidé de coordonner en 2013 leurs propres dépenses de communication et d'animation. Elles seront regroupées en un espace unique sur le site de l’Armada.
  • RRI 204
Source : ANI
AVERTISSEMENT © Toutes les informations contenues dans cette dépêche sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l’ANI. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l’accord préalable écrit de l’ANI.



  • Les journées de l'international