[AUDIO] Orange accélère la couverture de la 4G en Normandie via le train et l’autoroute…

En annonçant le vendredi 5 mai à Rouen le déploiement de la 4G dans les trains Intercités normands entre Paris-Le Havre et Paris-Cherbourg, mais aussi sur l’autoroute A13, l’opérateur Orange compte porter à 94 % sa couverture de la population normande d’ici fin 2017

De la 4G dans les trains normands (Paris-Rouen-Le Havre, Paris-Caen-Cherbourg-Lisieux-Deauville à l’horizon 2020, le tronçon Paris-Rouen étant couvert en 4G dès 2018) mais aussi de bout en bout de l’autoroute A13 pour l’été 2018 ! Telle est la promesse qui a été faite vendredi dernier à Rouen par Stéphane Richard, PDG d’Orange, au président de la Région Normandie Hervé Morin.

 

« Cette bonne nouvelle, c’est le résultat de l’investissement massif que nous avons décidé de consacrer sur notre réseau ferré avec la commande de 40 nouveaux trains Intercités, mais aussi celui consenti pour l’aménagement numérique de la Normandie (110 millions d’euros), car lorsque je suis allé voir les gens de chez Orange, il n’y avait pas d’investissement programmé pour eux pour notre région », explique Hervé Morin. Et pour ce dernier, il n’était pas envisageable de commander de nouveaux trains équipés pour proposer le wifi aux passagers si ceux-ci n’étaient pas en capacité de recevoir de signal !

 

« Afin de couvrir les 600 kilomètres de voies ferrées du réseau, nous allons devoir implanter 200 sites et plus d’une quarantaine sur la partie A13 », détaille quant à lui Stéphane Richard. Une différence qui s’explique par l’écart de vitesse en déplacement du train par rapport à la voiture. Et à valeur d’exemple, de citer le cas de la ligne à grande vitesse Paris-Lyon, intégralement couverte en 4G. « Pour faire de la 4G train en marche, nous devons changer de relais toutes les 15 secondes. Et c’est la densité de ce réseau qui nous permet de garantir l’itinérance pour nos clients », souligne Stéphane Richard.

 

Mais si l’annonce de ces investissements porte sur deux usages bien identifiés, le fer et l’autoroute, il n’en demeure pas moins que les populations installées en périphérie de l’A13 et du réseau ferré bénéficieront elles aussi de cette technologie. « En fonction de l’intensité du signal dont nous aurons besoin, la portée de celui-ci peut aller de 2 à 5 kilomètres selon les cas », explique-t-on chez l’opérateur. C’est d’ailleurs par cet intermédiaire qu’Orange souhaite faire passer sa couverture du territoire, aujourd’hui estimée à 80 %, à 94 % dès la fin 2017.

 

Si du côté de l’investissement, aucun chiffre n’est officiellement annoncé, il est cependant possible d’avancer que la barre des 20 millions d’euros sera franchie… « Hors études, travaux d’ingénierie, raccordement et pose de fibre optique, il faut compter un minimum de 100 000 euros par site. Avec 200 sites sur le réseau ferré, nous sommes déjà à 20 millions d’euros », complète le PDG d’Orange.

  • Bienvenue Ndie reseau 2017

Complément d’information, au micro de Jacques-Olivier Gasly

- Interview de Stéphane Richard, PDG d'Orange

- Interview d'Hervé Morin, président de la Région Normandie

Source : Jacques-Olivier Gasly
© 2017 Normandinamik.cci.fr. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par Normandinamik.cci.fr. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de Normandinamik.cci.fr.



A lire également

2e Rencontres des acteurs de la mobilité durable

Du 19/10/2017 09:00 au 19/10/2017 16:00 - Région Normandie, Abbaye-aux-Dames à Caen - Aménagement du territoire
  • Ndie Qualite Tourisme (obstacle)
  • NM - pub NDK