Pariant sur un procédé de soudage alternatif, Cap Profilé offre l’usinage de demain

Cailloux de Norvège...

Spécialiste des profilés aluminium grande longueur, Cap Profilé figure parmi les activités historiques du groupe de Marc Sevestre (Calip Group, 250 personnes, 6 implantations dont 2 usines à l’étranger), expert des projets d’usinage mécanique de précision.
 
Hier atelier de métallurgie, est aujourd’hui PME de sous-traitance high-tech (60 personnes), la filiale dirigée par Samuel Guérin s’active sur des marchés de niche. Fabriquant des profilés acier à forte valeur ajoutée pour la défense, l’aéronautique, l’électronique, son site est certifié ISO 9001, EN 9100, et régulièrement, ses capacités sont renforcées « 15 à 20 % du chiffre d’affaires est consacré à des nouveaux moyens de production. Chaque investissement est partagé en réseau ». Sa dernière acquisition la situe bel et bien « pionnière française », la PME de Lisieux ayant investi dans la soudure par friction-malaxage (Friction Stir Welding – FSW), « un process révolutionnaire, synonyme de haute performance ».
 
Ciblant les applications industrielles de pointe, ce procédé de soudure à froid par voie non liquide n’a que des atouts pour les clients de Cap Profilé. Idéal pour les productions de pièces avec des contraintes techniques, la FSW permet les soudures multi-alliages (y compris les matières jusqu’alors interdites de soudage) et l’usinage des pièces complexes, avec l’assurance du zéro défaut. De plus, la solution évite les porosités, les déformations, préserve mieux les propriétés mécaniques des matériaux, est 100 % écologique (« ni consommable, ni rejet »), signifiant une économie de matières et d’énergie, donc « une productivité record » confirme Samuel Guérin.
 
Une technologie découverte avec Marc Sevestre : « Dès 2013 nous avons fait le pari d’offrir la FSW en série ». Se rapprochant des ingénieurs d’un centre de recherche, c’est avec eux qu’ils ont développé l’équipement sur mesure, « une tête de soudage FSW utilisable à partir d’une machine traditionnelle ». Deux collaborateurs ont été formés, l’embauche d’un responsable R&D a finalisé la démarche. Chargé de promouvoir la technologie et son ingénierie, il peut accompagner les bureaux d’études volontaires. « Les révisions sont en cours chez les grands donneurs d’ordre », souligne le directeur. Exemple, Airbus Safran Launchers qui utilise le process FSW sur ses réservoirs pour Ariane 6. Et déjà, la PME est devenue partenaire d’un programme européen autour de la FSW.
 
  • Productivité record
 
Cap Profilé se retrouve à l’étroit malgré les extensions récentes, si bien qu’elle songe à transférer sa production sur une nouvelle surface, visant « 3 000 m2 supplémentaires » son bâtiment actuel (4 000 m2) serait conservé en complément. Dans cette logique, Samuel Guérin a fonctionné avec la CCI Seine Estuaire (et Lintercom) sur une étude immobilière, avec en tête d’optimiser les flux entre l’ancien et son futur site. Objectif : avoir déménagé à l’horizon 2018.
 
 
Contacts :
Pascal Laporte - Conseiller Entreprise
 
 
  • Business Story Exp-Cpt nov 2017

Collectif pilote

Depuis 2010, Cap Profilé a engagé une politique-pilote de lean manufacturing : elle a atteint aujourd’hui l’excellence opérationnelle en mettant l’accent sur la formation, l’autonomie, la responsabilisation, la fidélisation des équipes. Le site travaille maintenant en auto-contrôle 7 jours sur 7, consomme 2 200 tonnes de profilé alu/an. « La stratégie, les outils, les hommes, tout est lié, la réussite est collective ».
Source : I.P.



  • EMN-formation continue Nov2017
  • NM - pub NDK