Depuis Cherbourg, Corrodys traque la corrosion pour les industriels

Implanté sur le campus de Cherbourg-Octeville, Corrodys est un centre de technologies spécialisé en matière de corrosion, de biocorrosion et de biofouling. Une activité méconnue mais essentielle aux industriels… - Rediffusion de l'article du 01/03/2017 -

« En pratique, tous les métaux, même les aciers inoxydables sont concernés par les phénomènes de corrosion, et notre métier c’est justement de les étudier ! ». Hervé Gueuné est directeur de Corrodys. Avec ses équipes, ils analysent, étudient et testent ces phénomènes pour le compte des industriels. « Nous sommes nés d’un rapprochement technique entre chercheurs et ingénieurs d’Areva pour leurs besoins sur le secteur nucléaire. Depuis, ils sont devenus nos clients et nous avons fortement étendu notre un champ de prospection », souligne Hervé Gueuné. 
 
En effet si sa localisation à la pointe du Cotentin lui désigne naturellement comme donneurs d’ordres les secteurs du nucléaire ou de la construction navale, Corrodys est également reconnue sur les marchés de l’agroalimentaire ou du pétrolier, puisque des entreprises comme Total vont jusqu’à lui confier la réalisation de référentiels auxquels doivent se conformer leurs sous-traitants.
 
En réalisant des tests à façon, les ingénieurs de Corrodys analysent la corrosion pour la « comprendre » et déterminer avec les industriels des choix de matériaux, ou, en lien avec les laboratoires de recherche universitaire, développer les meilleurs solutions de protection. « Grâce à notre boucle d’essai de corrosion en eau de mer naturelle située dans le port de Cherbourg, nous pouvons accompagner avec précision un industriel dans le choix de ses matériaux ». Et typiquement, les grands chantiers liés aux Energies Marines Renouvelables (EMR) font partie des axes de travail de Corrodys.
 
Par ailleurs, du fait de son statut de Centre de Ressources Technologiques (CRT), Corrodys est également détenteur d’une mission d’accompagnement et de veille technologique sur ces sujets auprès des entreprises régionales.
 
« Afin de faciliter et rendre plus accessible cette veille technologique, notre laboratoire vient de développer une plateforme de veille totalement gratuite appelée CorroVision, financée par le Fonds européen de développement régional, la Région Normandie et le Conseil départemental de la Manche », explique Dominique Jacob, ingénieur en charge de la veille chez Corrodys. « L’objectif, c’est de pouvoir centraliser en un seul lieu toutes les publications scientifiques, aussi bien articles que thèses, directement liées au domaine de la corrosion, de la biocorrosion, de l’antifouling ou encore des EMR », détaille Dominique Jacob. 
 
Des informations accessibles gratuitement via la plateforme Corrovision (http://www.corrovision.com), sous forme de base de données et de flux RSS. « En raison du caractère international de la thématique, beaucoup de documents sont en anglais. Il est donc préférable pour effectuer une recherche complète de bien penser à utiliser aussi la terminologie anglaise », souligne le responsable de la veille…
 
  • Business Story Exp-Cpt nov 2017
Source : Jacques-Olivier Gasly
© 2017 Normandinamik.cci.fr. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par Normandinamik.cci.fr. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de Normandinamik.cci.fr.



  • EMN-formation continue Nov2017
  • NM - pub NDK