Calvados Drouin : aller chercher de la croissance à l’export

A la tête de l’entreprise depuis 2014, Guillaume Drouin en est persuadé : « c’est en prospectant sur les marchés internationaux que l’on pourra asseoir la notoriété du Calvados »…

Avec plus de 200 médailles d’or glanées en France et à l’étranger depuis sa création dans les années 60, les Calvados Drouain (qui peuvent également se prévaloir du titre de « Meilleur Calvados du Monde », décerné à Londres en 2015 lors des World Drinks Awards), est une entreprise familiale qui évolue sur un segment haut de gamme. « Du fait de notre taille et de nos installations, il ne nous est pas possible de faire du pas cher », explique Guillaume Drouin, petit-fils du fondateur et directeur de distillerie des Calvados Drouin, qui compte aujourd’hui 14 salariés répartis sur deux sites. 

Ajoutez à cela un attrait modéré d’une tranche d’âge de la clientèle française pour cet alcool normand, le cliché du « café-calva » a encore la vie dure, et vous obtiendrez une stratégie commerciale résolument tournée vers les marchés étrangers ainsi que les bars à cocktails, qui représentent désormais 30 % de la part des ventes en France. «  Les clients qui fréquentent ce genre d’endroits n’ont pas à l’esprit ces vieilles images et lorsque l’on parle de Calvados à l’étranger, selon les pays, notre alcool a même une connotation romantique… », souligne Guillaume Drouain. Une allusion à un ouvrage de la littérature allemande « Arc de Triomphe », très prisé dans les pays slaves, et qui explique en partie qu’aujourd’hui la clientèle russes des Calvados Drouin soit devant la clientèle française…
 
« Aujourd’hui, notre part de production à l’export représente 70 %  et en terme de volume, cela représente 80 % de nos ventes », assure le jeune chef d’entreprise. Mais pour parvenir à ce résultat, cela suppose une implication permanente sur les marchés internationaux, tant en commercial pur qu’en prospection. Une tâche assurée quotidiennement par 4 collaborateurs.
 
Et c’est dans le cadre de cette stratégie à l’export que l’entreprise a dernièrement pu bénéficier d’une subvention de 50 662 euros au titre du dispositif « Impulsion Export ». « Cela a été très rapide. Non seulement le dossier a été simple à remplir, mais entre la demande et l’acceptation, il ne s’est pas écoulé plus de quelques semaines. Et pour nous, c’est important. Nous sommes sur un marché qui évolue constamment sur lequel nous devons impérativement être réactif », se réjouit Guillaume Drouin.
 
Présente à l’occasion d’un déplacement sur le terrain pour s’assurer du bon fonctionnement et de l’adéquation des aides de la Région aux besoins des entreprises, Sophie Gauguin, vice-présidente de la Région en charge du développement économique et du soutien aux entreprises,  a profité de la visite de l’exploitation pour repréciser le cadre d’intervention du dispositif « Impulsion Export ». « Cette aide, les entreprises peuvent la solliciter aussi bien pour des besoins de traduction de notice ou de contrat, des déplacements à l’international ou encore la montée en compétences de collaborateurs », souligne l’élue. 
 
Et cette démarche à l’international, couplée à un programme d’innovation (deux nouveaux produits ont recement été mis sur le marché dont un « Gin » normand qui totalise désormais 12 % de ses ventes), ont permis à l’entreprise d’enregistrer cette année une hausse de son chiffre d’affaires de 10%..
 
 
 
  • art'up2017
Source : Jacques-Olivier Gasly
© 2017 Normandinamik.cci.fr. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par Normandinamik.cci.fr. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de Normandinamik.cci.fr.



  • Harmonie mutuelle devis ligne
  • NM - pub NDK