Arianespace porte son carnet de commandes à 53 lancements avec deux contrats supplémentaires

Arianespace a annoncé avoir remporté un nouveau contrat de lancement de satellite, portant son carnet de commandes à 53 lancements, à l'occasion de la Satellite Business Week, le rendez-vous annuel du spatial qui se tient depuis lundi à Paris.
 

'C'est une année très riche pour Arianespace. Nous avons annoncé le lancement de deux satellites supplémentaires pour (l'opérateur européen) Eumetsat', a déclaré Stéphane Israël, PDG de la société européenne de lancement.
 

Il s'agit de satellites d'observation de la Terre pour la météorologie, MetOp-SG A1 et MetOp-SG B1, qui seront lancés entre 2021 et 2023.
 

'Il y a des conversations dynamiques avec plusieurs prospects', a-t-il indiqué, promettant au moins une autre annonce.
 

Côté opérationnel, Arianespace a réussi huit lancements depuis le début de l'année et placé 13 satellites en orbite. Au total, son carnet de commandes s'élève à plus de 4,7 milliards d'euros pour 53 lancements ? 17 Ariane 5, 27 Soyuz et 9 Vega/Vega C, dont 60% sont consacrés aux télécommunications et 40% à l'observation de la Terre, la navigation et la science.
 

La société européenne de lancement va encore réaliser trois vols d'ici à la fin de l'année, dont un pour le lancement annulé au dernier moment des satellites Intelsat 37e et BSAT-4a début septembre, ce qui portera à 11 le nombre de lancements en 2017.
 

Ce lancement est désormais prévu à partir du 29 septembre et cette reprogrammation n'a 'pas d'impact' sur les lancements d'Arianespace. Sept lancements, contre six prévus jusqu'à présent, auront lieu en 2018 pour Ariane 5.
 

A plus long terme, Arianespace prépare la commercialisation du futur lanceur européen Ariane 6, dont le premier vol est programmé le 16 juillet 2020, ainsi que le lanceur de moindre capacité Vega C, dont le premier lancement est prévu en 2019.
 

'Nous préparons activement la commercialisation d'Ariane 6 et Vega C', a déclaré Stéphane Israël. Les marques d'intérêt des clients potentiels pour les premiers lancements sont nombreuses, 'nous allons finir par les mettre aux enchères', a-t-il plaisanté.
 

Enfin, concernant les tendances du marché des satellites, Stéphane Israël a reconnu que 'depuis 2016, le marché GTO (orbite géostationnairee) est assez calme' avec cinq satellites commandés à l'industrie en 2017 et un nombre de contrats de lancements limités.
 

En revanche, 'le marché des petits satellites est dynamique', s'est-il félicité.

  • art'up2017
Source : AFP
© 2014 Agence France-Presse. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.



  • Harmonie mutuelle devis ligne
  • NM - pub NDK