Très Haut Débit : pour une Région chef de file (CESER)

Le CESER (Conseil économique, social et environnemental) de Haute-Normandie appelle la Région « à s’engager dans des projets ambitieux » en matière de Très Haut Débit (THD). Dans un avis adopté lundi 11 mars, l’assemblée socio-économique demande que la collectivité soit « le véritable chef de file des acteurs pour un développement cohérent du THD ».

Faute de quoi, avertit l’avis, il y aurait le « risque de duplication d’infrastructures ». Au passage, le CESER lance un appel à la réalisation de systèmes d’information géographique (SIG) à l’échelle du territoire, indispensables pour « optimiser » les opérations d’enfouissement sur la voirie et « rationaliser » les coûts de génie civil. « Cela répond, entre autres, aux attentes des aménageurs et des habitants », précise le CESER.

Dans un autre avis sur le projet de Schéma Régional Climat Air Énergie (SRCAE), le CESER demande que la Haute-Normandie, région leader de la production d’énergie soit « exemplaire » pour la mise en application du paquet européen “Energie Climat“.

Celui-ci instaure la règle dite du 3x20 : -20% de consommation énergétique par rapport à la valeur tendancielle de 2020, -20% d’émissions de gaz à effet de serre entre 2005 et 2020 et une part de 23% de renouvelable dans la consommation finale d’énergie. Le CESER souligne qu’être « exemplaire en matière d’efficacité énergétique » contribue à donner « une image positive, exemplaire et dynamique »


LNPN : "Ne rien faire serait mortel"

En prévision d’une étude à paraître en juin prochain, le président du CESER, Gérard Lissot, a regretté que dans la seule région de France à posséder deux grands ports maritimes, le conseil régional ne soit pas suffisamment associé aux « orientations stratégiques » qui sont prises par ces ports car « le système de gouvernance ne lui en donne pas suffisamment l’occasion ». Concernant la LNPN (Ligne Nouvelle Paris Normandie) pour laquelle on attend quel sera son degré de priorité parmi les grands projets ferroviaires nationaux, le président du CESER conçoit que la situation financière « oblige à la plus grande prudence (…). Il est certain qu’il ne faut pas faire n’importe quoi, observe M. Lissot. Mais ne rien faire serait mortel pour notre région ».
  • RRI 204
Source : ANI
AVERTISSEMENT © Toutes les informations contenues dans cette dépêche sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l’ANI. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l’accord préalable écrit de l’ANI.


  • Les journées de l'international