La Région Haute-Normandie lance un deuxième Appel à projets énergies

Le conseil régional de Haute-Normandie a adopté lundi en séance plénière une deuxième phase de l’Appel à Projets Energies qui avait été lancé en 2011 pour soutenir des projets de recherche et développement, des investissements d’entreprises, de collectivités ou de particulier, visant à la sobriété et l’efficacité énergétiques. En ce début 2013, 119 projets à vocation économique ont été soumis à l’APE, 53 ont déjà été accompagnés pour un montant de 23 M€. C’est dans cet APE que se trouve le Chèque Energie pour les particuliers qui souhaitent réaliser un audit de leur habitation (327 bénéficiaires) et éventuellement des travaux (159 bénéficiaires) pour un montant total de plus de 640.000 €.

La deuxième phase de l’APE reprendra les objectifs initiaux en restant ouverte à tous les types de projets, mais elle mettra l’accent sur l’éolien offshore et l’écomobilité. L’appel à projets prend en compte un « contexte en pleine évolution : l’implantation de parcs éoliens au large des côtes normandes, l’émergence d’énergies alternatives pour les véhicules, et la forte demande sociale en faveur de nouveaux services de mobilité ».

La Région accompagnera les grands groupes, aidera à la réalisation des infrastructures portuaires pour la logistique des éoliennes, contribuera à l’adaptation de la carte des formations. « Nous souhaitons soutenir la montée en gamme des PME-TPE qui ne sont pas encore en situation d’être les fournisseurs de grands donneurs d’ordre », a précisé Nicolas Mayer-Rossignol, rapporteur du projet au conseil régional. Car les perspectives pour l’économie normande font rêver : l’éolien offshore serait générateur de « 3.000 à 4.000 emplois pérennes et non délocalisables sur les cinq ans à venir » ; en marge des 2.000 emplois créés provisoirement durant les pics de chantiers de construction, de 2015 à 2018 pour le parc de Fécamp et de 2021 à 2023 pour le parc des Deux Côtes (Le Tréport). A la Région de Haute-Normandie, on assure que trois cents entreprises régionales sont d’ores et déjà identifiées et pré-référencées dont une cinquantaine en négociations avancées ou en contacts qualifiés avec les consortiums retenus pour construire et exploiter les parcs éoliens. L’APE a vocation à les aider pour emporter les marchés.

Le second volet de l’Appel à Projets Energies 2013 s’intéressera plus particulièrement à l’écomobilité. La Région veut accompagner toutes les entreprises qui travaillent aux véhicules du futur qui associeront la motorisation thermique « qui restera prééminente avec une marge de progression significative », et les solutions alternatives (hybrides, électriques, à pile à combustible). Les moyens de l’appel à projets devront « promouvoir l’écomobilité dans son acception la plus large » : moyens de transport, infrastructures et services associés, de la R&D jusqu’à la déconstruction en passant par la production.

L’APE pourra également soutenir le déploiement d’infrastructures de recharge de véhicules électriques sur l’espace public par des cofinancements, notamment en lien avec des autorités organisatrices de transports (communautés d’agglomération) et les gestionnaires de distribution locale d’électricité.

La majorité de gauche a approuvé ce nouvel appel à projets alors que la droite (Pour une Nouvelle Normandie) et le FN se sont abstenus. Pour le groupe PNN, « c’est une bonne chose », mais il y manque une dimension interrégionale associant la Basse-Normandie et « la volonté de mettre le nucléaire en débat ».
  • Les journées de l'international
Source : ANI
AVERTISSEMENT © Toutes les informations contenues dans cette dépêche sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l’ANI. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l’accord préalable écrit de l’ANI.