La Seine-Maritime ne veut pas que le bac de Duclair serve d'itinéraire de délestage

Le Département de la Seine-Maritime va appliquer une éco-contribution pour les poids lourds qui emprunteront le bac du passage d’eau de Duclair. Son montant n’a pas encore été fixé. Elle anticipe la mise en oeuvre en octobre 2013 de la Taxe Poids Lourds pour les itinéraires nationaux, hors autoroutes concédées, d'une moyenne de 12 cts/km.

En Seine-Maritime, le pont de Brotonne et la traversée de Rouen sont concernés. Le passage d'eau de Duclair, par sa gratuité, verra son attractivité renforcée., prévoit le Département qui craint dès cette année, une augmentation de la demande en traversées de camions au détriment des usagers en voiture, principalement des habitants de la boucle d’Anneville (rive gauche de la Seine) mais aussi des entreprises.

L'évolution actuelle des prix du carburant qui a plus que doublé depuis 2009, sur un passage d'eau qui ne génère aucune recette et dont seul le trafic de poids lourds justifie les dimensions du bac, oblige à reconsidérer la gratuité pour les poids lourds. Au conseil général, on assure que sur les 16 passages d'eau français (8 sur la Seine, 2 sur la Loire, 2 sur le Rhin, 2 sur la Gironde Gironde, 2 sur le Rhône), seule la Seine-Maritime applique la gratuité aux poids lourds.

Une tarification, afin de réduire le déficit d'exploitation, a d'ailleurs été proposé par les transporteurs et carriers qui l’empruntent régulièrement.

L’utilisation du bac de Duclair pourrait d’ailleurs augmenter sensiblement avec l’ouverture du chantier de l’autoroute A150 entre Barentin et Yvetot pour lequel les carriers de la boucle d’Anneville, espère être retenu. Ce qui entraînerait un supplément de quelque 100 rotations par jour (200 passages de camions).
  • RRI 204
Source : ANI
AVERTISSEMENT © Toutes les informations contenues dans cette dépêche sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l’ANI. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l’accord préalable écrit de l’ANI.



  • Les journées de l'international