ENSM - Frédéric Cuvillier confirme le projet du Havre

Le ministre des transports Frédéric Cuvillier a confirmé l'engagement financier de l'Etat en faveur de la construction à compter de 2014 d'un bâtiment de l'Ecole nationale supérieure maritime (ENSM), sans lever toutefois tous les doutes qui entourent ce projet. Il précise que la construction de cet équipement ne se fera pas dans le cadre d'un regroupement des activités des quatre sites actuels (Le Havre, Nantes, Saint-Malo et Marseille) comme il fut un temps envisagé. "L'orientation prise est (...) différente, avec la spécialisation des quatre sites", dit-il en réponse à une question orale à l'Assemblée nationale de la députée PS du Havre Catherine Troallic.

En revanche, dans sa réponse, le ministre ne dit rien sur la dimension de cette école conçue pour accueillir mille élèves - soit l'effectif cumulé actuel des quatre écoles -. Il précise simplement que ce projet doit s'inscrire "dans une logique de pôle universitaire" en ajoutant avoir demandé au préfet de Haute-Normandie et à la direction des affaires maritimes de proposer "la meilleure logique de regroupement avec d'autres formations". Cette phrase est à rapprocher d'une réponse apportée récemment par le ministre à une question du conseiller général PCF du Havre Jean-Louis Jegaden. Dans ce courrier, le ministre soulignait "la nécessité de développer rapidement des partenariats avec les acteurs locaux de l'enseignement dans une perspective de mutualisation".

En d'autres termes, il faudra que la nouvelle Hydro partage avec d'autres filières le bâtiment ou que le projet porté par la Communauté d'agglomération du Havre (Codah) soit revu à la baisse. Aujourd'hui son coût est évalué 28 millions d'euros à partager entre la région Haute-Normandie, la Codah et l'Etat.
  • RRI 204
Source : ANI
AVERTISSEMENT © Toutes les informations contenues dans cette dépêche sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l’ANI. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l’accord préalable écrit de l’ANI.



  • Les journées de l'international